Cette rubrique me permet d’aborder cette partie du métier de l’ébéniste qui en réalité est un métier à part entière: la restauration des meubles anciens.

Pour faire ce métier, il convient d’apréhender la pièce que l’on a en face de soi, où elle a pu être faite, à quelle époque, dans quel style. Ici, la connaissance du métier est à l’écoute de son histoire, et des moyens connus et utilisés autrefois pour exécuter les meubles qui on aujourd’hui besoin d’être réparés. Chaque meuble ancien est par son age un élément de patrimoine qu’il convient de respecter, le témoin d’une époque et de savoir auquel il est important de donner un avenir.

Je cherche toujours à connaître l’intention du propriétaire de la pièce quand à la manière de la restaurer, et n’entame la restauration qu’une fois que la nature du travail à effectuer a été bien définie.

Voici donc quelques exemples des restaurations que j’ai pu faire jusqu’à ce jour:

 

Armoire à lin du pays léonard, elle servait traditionellement à stocker les étoffes de lin destinées majoritairement à la fabrication des voiles de bateau. ce type d’armoire-coffre est typique de la période faste du pays léonard, alors riche du commerce de toiles. fabriqué en chêne brun, la finition ancienne était à base de sang de porc. Ayant déja été cirée, les parties refaites et teintes on été elles aussi cirées, ainsi que la totalité du meuble existant dont la couleur à été éclaircie à la demande du client.

 

Cette série de photos présente deux siège que j’ai eu à restaurer. Pour le premier en style rocaille, Le pied a été recollé puis la partie cassée a été renforcée d’une greffe de merisier qui a été teinte pour retrouver l’aspect du reste du siège. Le second, en acajou, à été dégarni puis démonté et remonté, afin de reconsolider certains assemblages qui avait laché au niveau des cheville ou du tenon. Un tenon en peigne à été refait pour cela, puis le siège à été remonté collé puis rechevillé.

 

Voici une armoire en cerisier faite en 1863 par le maître ébéniste Toussaint Briand. Entièrement sculpté, il à fallut décaper l’ensemble de l’armoire que le temps avait assombri. Deux éléments sculptés de la corniche ont également été à refaire, de même qu’un de ses angles. Les éléments refait on été teints, puis l’armoire à été cirée. Un traitement en douceur à permis de garder la patine donné par le temps au meuble, lui donnant un aspect plus agréable sans altèrer le passage du temps.

 

Sculpture représentant un aigle napoléonien, anciennement partie d’un lambris d’une ferme du pays rennais.